AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Panic at the stairs - Ft. Enola

Aller en bas 
AuteurMessage
Amidala Kapoor
Habitant d'Atlanta
avatar

Messages : 20
Date de naissance : 18/07/1986
Date d'inscription : 14/08/2016
Age : 32

MessageSujet: Panic at the stairs - Ft. Enola   Lun 15 Aoû - 17:37


Panic at the stairs
Enola et amidala

C’était les vacances scolaires, pour le plus grand malheur de l’indienne. Contrairement à tous ses gens, heureux de pouvoir aller se faire dorer la pilule en bikini sur les plages, elle, elle détestait ne rien avoir à faire, alors elle s’était décidée à sortir, parce que selon son médecin, c’était bon pour elle. Elle s’était promenée en ville, fait du lèche vitrine, et s’était même arrêtée boire un café. Elle avait passé l’après-midi dehors, au soleil, à essayer de se faire à la foule, entre touristes et ados de sortie. Elle tentait de rester calme, de ne pas s’énerver, de respirer, pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de regarder partout, surtout derrière son épaule. Comme à son habitude elle était en t-shirt à manche longues, ça en étonnait certain, mais elle s’en fichait, de toute façon s’il elle sortait avec des manches courtes, tout le monde la regarderait comme si c’était un monstre, elle le sait bien, c’est comme ça qu’elle se voit quand elle regarde dans le miroir, pour les rare fois où elle ose seulement le faire. Ça fait près de deux ans qu’elle est sortie de cette putain de cellule, ce n’est pas pour autant qu’avec le temps elle a réussi à accepter ce qui lui ait arrivé là-bas. On lui a dit que ça prendrait du temps, mais qu’elle finirait par y arriver, pourtant, elle a du mal à y croire. Pour elle ce sont des paroles en l’air. Elle commence à ressentir des tremblements dans son bras, se remémorer son passé ne lui réussit guère, il est grand temps pour elle de rentrer. Elle sortit du café, et affronta de nouveau les foules. Se faire bousculer, ce n’était pas franchement son truc, elle serrait le poing droit, ne pouvant toujours pas vraiment le faire correctement de la main gauche –elle pouvait fermer la main évidement, mais ça lui demandait beaucoup d’efforts- et elle accéléra le pas.

Une fois la porte de son immeuble fermée, elle put souffler un grand coup, et essayer de se calmer, elle entendait encore les bruits de la ville, les fenêtres étant grande ouvertes pour faire circuler l’air dans la cage d’escalier, qu’elle commença d’ailleurs à grimper, elle n’était pas encore à son étage quand dehors le bruit des pétards avec lesquels jouaient des gamins se firent entendre. Amidala sursauta, sa respiration devenant de plus en plus lourde, se bruit la ramenait au front, elle se jeta à terre, dans un coin, les mains sur la tête, en pleine panique. Elle était recroquevillée sur elle-même, peinant à respirer, son cœur battant la chamade. Elle fermait les yeux se balançant sur elle-même se répétant en boucle « ce n’est pas réel, ce n’est pas réel » Elle ne pouvait rien faire de plus que d’essayer de se convaincre elle-même du fait que ce qu’elle entendait n’étaient pas des coups de feu, qu’elle était bien sur le sol américain, loin du front et des zones de combat. Seulement, son cerveau et son mécanisme de défense ne voulait pas y croire. Elle perçu des bruits, des pas, quelqu’un montait les escaliers, quelqu’un aller la voir en pleine crise. Une partie d’elle arrivait à comprendre ce qui lui arrivait, elle n’aimait pas ça, mais elle tenta de se focaliser sur les pas sur le bois des marches. Elle réussit à ouvrir les yeux, une tête blonde arrivait sa voisine, les images de la réalité qu’elle voyait faisaient oppositions aux images du passé que son cerveau lui renvoyait en pleine tête. Elle essayait vraiment de se concentrer sur ce qu’elle savait réel. Elle déteste ses crises, son cerveau qui se barre en sucette au moindre bruit, qui se met à croire qu’il est de retour au front. La sensation de croire que c’est vrai tout en sachant, que ça ne l’ai pas et absolument horrible, Amidala la décrirait même comme à vomir. Tout ce mélange dans votre tête et le discernement entre réalité et souvenir devient très flou. Trop flou.


acidbrain

_________________


We are unstoppable
Crawling though the dirt, you heard our prayers,Sticks and stones may hurt, but we don't care,And we won't back down this time (no we won't),No we won't back down this time,We are unstoppable,No we can't be defeated  ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enola St. James
Newbie à Atlanta
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
Localisation : Midtown

MessageSujet: Re: Panic at the stairs - Ft. Enola   Lun 15 Aoû - 18:30

Le berger suisse fourra sa truffe dans les cheveux d'Enola, la tirant de sa sieste. Elle détestait dormir en journée, elle perdait toute notion du temps et avait toujours le droit à une énorme migraine. La bouche pâteuse, elle se servit un verre de Schweppes et après une demi-seconde de réflexion y ajouta un doigt de Gin. Elle but le cocktail cul-sec avant de se resservir un fond de gin pur accompagné d'un cachet d'aspirine. L'étudiante toussa et lâcha une grimace. Elle se traina dans chaque pièce de l'appartement, ne sachant pas ce qu'elle voulait faire.

Elle finit par atterrir dans la salle de bain et se dévêtit avant de prendre une douche rapide, prenant soin de ne pas humidifier ses cheveux. L'agréable odeur du gel douche à la madeleine lui ouvrit l'appétit et se dépêcha de se rhabiller. Un débardeur blanc avec un imposant décolleté dévoilant ses tatouages, un short noir d'un tissu fin, un rouge profond ornant ses lèvres et la monture de ses lunettes de soleil. Elle avait envie de manger un bout en ville et remit à plus tard la balade d'Apache.

Avant de sortir, elle prit un post-it sur lequel elle écrivit quelques mots clés concernant le rêve qu'elle venait de faire. Rêve gênant dans lequel une vieille femme allongée dans un caniveau tentait de lui mordre le mollet, elle colla le petit papier jaune au milieu de quelques autres sur son bar.

Dehors, quelques pétards éclatèrent, l'éclat, bien que lointain relança son mal de crâne. Sourcils froncés, elle sortit de son appartement, le chien maussade allongé dans l'entrée.
Elle sortit une cigarette convertible, le filtre blanc se vit agrémenter d'une tâche de rouge à lèvres. En palpant sa cuisse à la recherche du briquet, elle finit par relever la tête sur une jeune femme, probablement un peu plus âgée qu'elle. Elle prit un petit temps à reconnaitre une de ses voisines, recroquevillée au sol. Son premier réflexe à été de penser à un bad trip. Elle s'accroupit face à elle, gardant une certaine distance pour ne pas la brusquer et se mettre à l'abri d'un coup, et retira ses lunettes dont elle passa une branche dans son décolleté pour les ranger.
"Hum... Est-ce que ça va ?" Elle observait la femme, et son regard se posa sur son bras. Enola tenta de tendre une main vers le visage de l'indienne, lentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amidala Kapoor
Habitant d'Atlanta
avatar

Messages : 20
Date de naissance : 18/07/1986
Date d'inscription : 14/08/2016
Age : 32

MessageSujet: Re: Panic at the stairs - Ft. Enola   Lun 15 Aoû - 19:04


Panic at the stairs
Enola et amidala

C’était une mauvaise idée de sortir, une très mauvaise idée ! Elle rechignait tout le temps lorsqu’elle avait un rendez-vous chez le psy, mais là, elle n’aurait pas été mécontente de l’avoir à côté d’elle. Pourquoi des gamins s’étaient mis dans l’idée de faire péter des pétards ? Il n’y a rien d’amusant là-dedans, en plus c’est dangereux, et ça dérange le voisinage. En plus, s’était impromptu, Amidala avait réussi à passer le 4 juillet sans trop de problèmes, car elle savait, elle était préparée aux feu d’artifices, aux bruits de pétards et aux cris dans les rues. Là tout ce qu’elle avait c’était des bruits de pas dans les marches, et très vite une tête blonde à ses côtés. Sa voisine, la petite jeune, elle ne lui a parlé que peu de fois. Elle essaie de se concentrer sur elle, alors qu’elle tremble de partout, et surtout son bras gauche, qui se crispe, qui tremble et qui lui fait mal. Ses muscles et se nerfs ne se soignent pas assez vite, elle a dû tout réapprendre. Elle a fait d’énormes progrès, mais elle reste persuadée qu’elle n’en fera pas plus et que son bras restera un poids. "Hum... Est-ce que ça va ?" elle se tourna vers la blonde, tentant de se concentrer sur ses paroles, question con bonsoir ! Est-ce que le ciel est bleu ? A-t-elle vraiment l’aire d’aller bien ? Oui elle pète la forme, on ne peut pas rêver mieux !

Elle vit la main de la blonde s’approcher d’elle, instinctivement elle l’attrapa de sa main droite, serrant son poignet. Le regard fixé sur leurs mains, puis très vite elle lâcha prise, se relevant d’un coup, tremblante comme une feuille en pleine tempête, regardant autour d’elle paniqué, elle commençait doucement a émerger « Atlanta, Géorgie….Je suis aux États-Unis, à Atlanta, en Géorgie » Elle tenait son bras gauche toujours tremblant, crispé, alors qu’elle répétait sa localisation. Elle s’adossa au mur, levant la tête vers le ciel, répétant encore une fois sa localisation en rajoutant cette fois-ci un « je suis en sécurité » elle donna quelque léger coup de tête au mur, laissant une larme couler sur sa joue, serrant son bras aussi fort qu’elle le pouvait, elle n’arrivait pas à contrôler les spasmes qui le traversait. Elle tourna le visage vers la blonde, à oui, elle. « Je….Je suis vraiment désolée... j’ voulais pas vous faire mal, c’est juste que… » C’est juste que quoi ? Non elle ne le dirait pas ! Elle ne le dirait pas aujourd’hui, elle n’y arrivait pas, elle ne l’acceptait pas, elle redonna un coup de tête au mur. Faible, elle était faible. Du moins, c’est ce qu’elle pensait, elle en était convaincu malgré tout ce que son entourage pouvait lui dire elle n’y croyait pas, ils avaient de bons arguments, mais elle refusait d’y croire.
acidbrain

_________________


We are unstoppable
Crawling though the dirt, you heard our prayers,Sticks and stones may hurt, but we don't care,And we won't back down this time (no we won't),No we won't back down this time,We are unstoppable,No we can't be defeated  ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enola St. James
Newbie à Atlanta
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 15/08/2016
Localisation : Midtown

MessageSujet: Re: Panic at the stairs - Ft. Enola   Lun 15 Aoû - 20:51

Enola n'avait que rarement parlé à sa voisine, elle n'avait en fait que rarement parlé à qui que ce soit d'autre vivant dans l'immeuble. Elle n'attendait de son domicile qu'un havre de paix et de solitude. Quelques bonjours polis, un ou deux curieux venus la saluer pour son emménagement, cachés derrière une fausse bonté et ça s'arrêtait là. Même si elle savait que les rumeurs allaient vite lorsque quelqu'un se refuse à prendre à la communauté, elle savait aussi qu'être invisible était très bénéfique. Personne ne l'avait jamais dérangée et elle n'emmerdait personne. En voyant sa voisine effondrée dans l'escalier elle avait prié pour que quelqu'un passe par là et s'occupe d'elle, elle était totalement désœuvrée, incapable de comprendre ce qu'il se passait. Une crise d'angoisse ? Un malaise ? Peut-être un bad trip...
Sa première réaction fut donc de demander si tout allait bien, espérant surement que la femme soit simplement en train de préparer un rôle pour une quelconque pièce de quartier ou quoi que ce soit d'aussi absurde.
Cependant les tremblements du bras ne mentaient pas... le bras disponible agrippa son poignet lorsqu'elle approcha la main du visage bien plus bronzé que le sien, dont la peau pâle était caractéristique.

Elle tenta de ne pas céder à la panique et attendit patiemment que l'emprise se relâche.
« Atlanta, Géorgie...  Je suis aux États-Unis, à Atlanta, en Géorgie » Cette phrase, répétée, tournoyait autour d'Enola, une force paniquée s'échappait de ces mots qui auraient presque pû faire perdre pied à la blonde. Elle eut une envie soudaine de continuer sa route et d'aller manger une madeleine à la boulangerie du coin. Enola réprima un sanglot lorsque sa voisine, dont le prénom lui avait échappé, si elle l'avait un jour connu, se mit à frapper le mur de sa tête, une larme sur la joue.
« Je… Je suis vraiment désolée... j'voulais pas vous faire mal, c’est juste que… »
Enola prit un temps avant de répondre : Ne soyez pas désolée, est-ce que vous voulez que je vous raccompagne jusque votre appartement, ou au mien? Son débit de parole augmentait au fur et à mesure que la tension s'insinuait... Vous pourrez vous reposer, puis ensuite ça ira mieux.

L'étudiante, regrettant soudainement d'être sortie du lit, avait en horreur les services d'urgences, de pompiers et autres et se refusait à appeler l'un d'eux de peur d'empirer la situation. Peut-être qu'un bon cachet d'aspirine bien dégueulasse - à son avis - suffirait à calmer le mal de la belle indienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amidala Kapoor
Habitant d'Atlanta
avatar

Messages : 20
Date de naissance : 18/07/1986
Date d'inscription : 14/08/2016
Age : 32

MessageSujet: Re: Panic at the stairs - Ft. Enola   Mar 16 Aoû - 15:38


Panic at the stairs
Enola et amidala

C’était franchement chiant ses crises de panique ! Maintenant elle allait passer pour la taré du voisinage. « Ne soyez pas désolée, est-ce que vous voulez que je vous raccompagne jusque votre appartement, ou au mien? » Elle avait dû se concentrer pour comprendre ce que disait la blondinette tellement elle parlait vite. Rentrer chez elle ? Elle aimerait bien, Elle sait que son frère doit être venu voir comment elle allait, il doit être à l’intérieur entrain de l’attendre, fier de voir que sa sœur est de sortie. Elle n’a pas envie qu’il la voit dans cette état. « J’veux bien….J’veux bien squatter chez vous, merci. » Elle disait ça d’une voix tremblante, ça la dérangeait, mais au moins blondie ne la collerait probablement pas autant que son frère. Et même si elle aime son frère, avoir quelqu’un qui s’inquiète pour elle, prêt à l’emmener aux urgences au cas où, c’est vraiment pas son truc. « Vous pourrez vous reposer, puis ensuite ça ira mieux. » Ouais se reposer, elle en avait bien besoin. Déjà, elle commencer à regagner une respiration plutôt normale, et son rythme pulmonaire redevenait aussi normal, bien que toujours élevé, et elle sentait son cœur battre jusque dans ses tempes, c’était assez désagréable.

Elle s’approche des escaliers, le bras toujours tremblant, et sa main droite serrant son épaule, elle commence à monter « merci…de m’accueillir, et encore désolée ! J’vous ais pas blessée au moins ? » Elle s’inquiète un peu pour sa voisine, elle a peur d’avoir laissé un bleu, celle-ci se montre si gentille avec elle, alors que Amidala aurait pu vraiment la blesser. Elle se souvient, durant l’une de ses première crise, elle a essayé d’étrangler son frère, c’était après une nuit mouvementé, il était venu la réveiller après l’avoir entendue crier, c’était une mauvaise idée e sa part. Elle n’a pas osé le regarder en face pendant des semaines après ça. Et c’est compréhensible, pourtant il lui a tout de suite pardonné, mais il l’a force à aller voir un psychiatre, depuis, elle va de mieux en mieux, elle ne l’admettras pas, mais ses crises sont de moins en moins régulière, et aussi moins violentes, il faut dire aussi qu’avec le temps, et les cachets, ça aide. Ses nuits sont beaucoup moins agrémentées de cauchemars, suivis de crises d’angoisse. Faut dire aussi que le temps aide à soigner les blessures. Peut-être que d’ici quelques années elle sera complètement guérie, elle n’y croit pas des masses, mais l’espoir fait vivre, elle a peur d’avoir des crises, et de finir par réellement blesser quelqu’un. Elle s'était arrêté devant la porte de la blonde, elle savait quel, était son appartement, elle l'a déjà vu y entrer et en sortir.
acidbrain

_________________


We are unstoppable
Crawling though the dirt, you heard our prayers,Sticks and stones may hurt, but we don't care,And we won't back down this time (no we won't),No we won't back down this time,We are unstoppable,No we can't be defeated  ©️endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Panic at the stairs - Ft. Enola   

Revenir en haut Aller en bas
 
Panic at the stairs - Ft. Enola
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Enola Vandom
» 04. Panic room
» Enola Ruddick
» I write sins not tragedies [Panic! At the disco]
» Enola Sugar, ou comment se rendre compte que la vie, c'est compliqué ~ [Modifiée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlanta City  :: ATLANTA :: Midtown :: Habitations-
Sauter vers: